Vous souhaitez acheter un collier ou une bague en diamants parce que vous ne pouvez pas résister à l'éclat de nos pierres précieuses ? Des spécialistes de laboratoires de certification tels que GIA, IGI et HRD examinent de près les diamants que nous vendons chez BAUNAT afin de vérifier s’il s’agit d’un diamant naturel ou synthétique, voire d’une imitation. Mais ils analysent également d'autres qualités des pierres précieuses, telles que les 4 C, qui déterminent leur valeur.

Pour examiner les pierres précieuses en profondeur, les experts utilisent un certain nombre d'instruments de recherche spéciaux. Quels équipements les spécialistes utilisent-ils et à quoi servent-ils exactement ? Jetez un coup d'œil dans la boîte à outils de l'expert en diamants du GIA...

  • Avec un spectrophotomètre visuel, un spécialiste examine comment, par exemple, la couleur d’un diamant a été créée.
  • Un spectrophotomètre infrarouge leur permet d'identifier le type de diamant et de déterminer si le diamant a été traité ou non.
  • Grâce à un spectromètre Raman ou à un diffractomètre à rayons X, un expert sait exactement quel matériau il examine.
  • La recherche sur la fluorescence X d'une pierre précieuse offre un aperçu rapide de sa composition chimique. Son rapport exact est révélé par un spectromètre de masse LA-ICP. Les deux méthodes leur permettent de distinguer les diamants naturels des diamants synthétiques et d'imitation.
  • Avec le photomicroscope, un expert prend des photos d'inclusions et d'autres aspects des pierres précieuses, grossies cent fois.
  • L'instrument DiamondView de De Beers distingue les diamants synthétiques des diamants naturels.

Avec le premier ensemble d’outils que nous avons mentionnés ici, les experts n’ont même pas besoin de toucher une pierre précieuse pour l’examiner. Ils l'éclairent simplement avec de la lumière, puis étudient comment la composition de la lumière est modifiée par son interaction avec la pierre.

À quoi sert un spectrophotomètre visuel ?

Une pierre précieuse peut absorber partiellement la lumière visible. Pour étudier ce phénomène, les spécialistes utilisent un spectrophotomètre visuel. Cet appareil émet un rayon de lumière étroit visible à travers la pierre : de la lumière avec la fréquence la plus basse (longueur d'onde la plus longue) que nous pouvons encore voir comme lumière rouge, à la lumière avec la fréquence la plus haute (longueur d'onde la plus courte), que nous voyons comme lumière violette. La lumière de certaines fréquences (et certaines couleurs) est moins absorbée et s'échappe du diamant. Cette lumière qui s'échappe détermine la couleur que le diamant semble avoir.

Le spectrophotomètre capture la lumière émergente. Le résultat final est un graphique qui reflète la lumière rayonnée ou absorbée par longueur d'onde. En étudiant ce graphique, l'expert découvre notamment l'origine de la couleur d'un diamant.

À quoi sert un spectrophotomètre infrarouge ?

Une pierre précieuse absorbe également la lumière infrarouge. Nous ne pouvons pas percevoir cette lumière à l'œil nu, nous la sentons plutôt comme de la chaleur. La pierre peut absorber, transmettre ou réfléchir la lumière infrarouge.

Pour schématiser ce phénomène, par exemple, l'expert expose un diamant à un spectrophotomètre infrarouge. Il émet de la lumière avec différentes fréquences infrarouges ou longueurs d'onde. C'est ainsi que le chercheur peut déterminer quel type de diamant qu'il analyse. Un diamant de type I tire sa couleur des impuretés chimiques, tandis qu'un diamant de type II tire sa couleur des déviations structurelles de la forme cristalline. Au même moment, le spécialiste découvre si une pierre précieuse colorée a été traitée avec des substances telles que la résine et l'huile. Cette technique malintentionnée est utilisée pour améliorer la brillance. Mais la méthode de recherche avec la lumière infrarouge permet également, par exemple, de découvrir des diamants qui ont été irradiés pour améliorer leur couleur.

Avec ce spectromètre infrarouge, vous pouvez découvrir, entre autres choses, si une pierre précieuse colorée a été traitée - BAUNAT.

Qu'est-ce que les experts en diamants étudient avec un spectromètre Raman ?

Avec un spectromètre Raman, le spécialiste applique une lumière laser de presque une seule couleur sur un matériau donné. La majeure partie de la lumière ne change pas de couleur ni de longueur d'onde. Mais une petite partie de la longueur d'onde de la lumière change. L'étendue exacte de ceci varie d'une molécule à l'autre. Les molécules peuvent être identifiées en fonction de la force de l'effet. En d'autres termes...

En comparant la lumière émise avec les valeurs d'autres matériaux précédemment examinés avec un spectromètre Raman, l'expert peut parfaitement déterminer quel matériau il examine. Par exemple, un diamant.

Et que fait un diffractomètre à rayons X ?

Un grand mot, n'est-ce pas ? Avec cet appareil, l'expert examine la structure cristalline d'une pierre précieuse. À cette fin, un échantillon de la pierre précieuse est broyé en poudre (si cela est bien sûr possible), puis exposé aux rayons X. Ces rayons sont cassés ou courbés à certains angles, en fonction de la structure atomique du cristal.

En comparant le motif par lequel les rayons X diffèrent des motifs qui étaient précédemment déterminés par différents types de pierres précieuses, le spécialiste sait exactement quel type de pierre précieuse se trouve devant lui et se retrouvera plus tard dans votre collier de diamants. L'expert doit pour cela sacrifier un petit échantillon de la pierre.

Pourquoi un expert étudie-t-il également la fluorescence X ?

Encore un terme assez compliqué, c'est vrai. Mais grâce à ce procédé scientifique, un expert peut très rapidement découvrir les éléments chimiques d’une pierre précieuse, sans toutefois en connaître les proportions exactes. Et cela sans que le chercheur ait à sacrifier une partie de la pierre.

Comme avec le diffractomètre ci-dessus, l'expert irradie une pierre précieuse avec des rayons X. Le matériau lui-même émet alors d'autres rayons X, qui sont alors typiques des éléments chimiques qui composent le diamant. Nous appelons ce phénomène la fluorescence de rayons X. Il s’agit d’une variation de la fluorescence ordinaire, un phénomène durant lequel une substance émet de la lumière lorsqu’elle est illuminée. En voici un exemple. Pensez tout simplement au gilet fluorescent dans votre voiture.

Un autre spectromètre à retenir : LA-ICP-MS

Vous voulez savoir comment un spécialiste connaît les proportions d'éléments chimiques dans une pierre précieuse ? Il ou elle peut déterminer cela avec un spectromètre de masse LA-ICP. Cet appareil focalise un faisceau laser sur un échantillon de la pierre précieuse en éliminant les petites particules. Celles-ci sont ensuite transportées par un gaz courant vers une « torche à plasma ».

La torche chauffe ces particules de telle sorte qu'elles se désintègrent complètement en leurs atomes individuels. Cela permet au chercheur de cartographier avec précision chaque quantité de chaque élément chimique de la pierre précieuse, jusqu'aux concentrations les plus faibles. Un résultat incroyable, et seule une quantité très limitée de diamant est perdue.

Les recherches avec la fluorescence de rayons X et le spectromètre de masse LA-ICP vous permettent de vérifier si le diamant qui se retrouve dans votre collier ou bague en diamant est naturel ou synthétique, ou s'il a été traité.

Instruments pour l'imagerie en profondeur

Une dernière série d'appareils fournit à l'expert des photos extrêmement détaillées de certaines caractéristiques ou inclusions présents dans une pierre précieuse. Cela permet au scientifique de découvrir comment le matériau s'est formé et, dans certains cas, même d'où la pierre provient.

Avec un photomicroscope par exemple, les photographies prises d'inclusions et d'autres aspects des pierres précieuses sont agrandies cent fois.

Les photomicroscopes sont utilisés pour photographier les pierres précieuses de votre collier de diamants, agrandies jusqu'à cent fois - BAUNAT.

En outre, le producteur de diamants De Beers a mis au point l’instrument DiamondView, un appareil permettant de distinguer les diamants synthétiques des diamants naturels. Cet appareil émet de la lumière ultraviolette sur la pierre précieuse, après quoi elle devient fluorescente.

La couleur de la fluorescence ainsi que son motif diffèrent selon que le diamant ait été créé par les forces de mère Nature ou en laboratoire. Avec un diamant synthétique, il n’ya pas de phosphorescence, contrairement à son homologue naturel. La phosphorescence est un phénomène faisant en sorte que la pierre précieuse s'illumine pendant un certain temps après après avoir été exposée à la lumière.

Quelques instruments plus basiques

En plus des dispositifs de haute technologie décrits ci-dessus, les spécialistes du diamant utilisent également des dispositifs « plus simples ». Par exemple, une loupe ou un microscope, mais aussi un polariscope. Avec ce dernier appareil, le spécialiste peut distinguer les pierres précieuses grâce à la façon dont la lumière est cassée, soit une fois, soit deux fois. Le premier type comprend les diamants. L'émeraude, le rubis et le saphir font partie de la deuxième catégorie.

Comment pouvez-vous garantir la qualité de votre collier de diamants ?

Avec de tels instruments, des institutions telles que le GIA réussissent à déterminer avec précision et fiabilité la qualité des pierres précieuses. Elles peuvent également faire la distinction entre les diamants synthétiques et naturels, ou mettre en évidence des diamants traités.

Parce que BAUNAT ne vend que des diamants certifiés par le GIA, IGI et HRD, vous pouvez toujours être certain de la qualité lorsque vous achetez un collier ou une bague en diamant chez BAUNAT. Nous garantissons également que nous achetons uniquement des pierres précieuses de producteurs réputés.

Grâce à toute cette certitude, êtes-vous encore plus convaincu de vouloir acheter le collier ou la bague en diamant que vous aviez en tête ? Jetez immédiatement un œil à notre collection de colliers et de bagues ou contactez nos experts pour des conseils supplémentaires.

Share on:
CHLOÉ POUPON-DUMONTET