• Quelle était la signification des bijoux pour les anciens Egyptiens, les Grecs et les Romains ?
  • Comment le métier de joaillier a-t-il vu le jour au Moyen Âge ?
  • Quand est née la tradition d'une bague de fiançailles en diamant ?

L'or et les diamants ont captivé l'imagination pendant de nombreuses années. Il y a une longue histoire d'artisanat et de port de bijoux. Une histoire débordante de traditions, perdues et ravivées. Quelle a été la signification des bijoux à travers les âges ? Pourquoi les Romains donnaient-ils un anneau en forme de clé à leur fiancée ? Et quand la tradition d'une bague de fiançailles en diamant est-elle née ?

Avant d'entreprendre notre voyage à travers le temps, nous aimerions attirer votre attention sur les nombreux métiers de l'orfèvrerie. Beaucoup d'entre nous pensent que le terme « orfèvre » fait référence aux matériaux utilisés par cet artisan. Le terme, cependant, est utilisé pour indiquer ce qu'il fait, et non ce avec quoi il le fait.

Mais qu’est-ce qu’un orfèvre ? Un orfèvre travaillant l’or se concentre sur les petits objets, comme les bijoux ou les œuvres d'art. Un orfèvre travaillant l’argent, par contre, fabrique principalement des ustensiles, tels que des couverts, des lustres et des calices. Pour éviter toute confusion, la plupart des gens préfèrent utiliser le terme « bijoutier ».                       

La bijouterie a une longue histoire. Mais les bijoux ont été fabriqués avant même que cette profession n'existe. Les bijoux sont aussi vieux que l'humanité elle-même. Les techniques de création de bijoux ont évolué au fil des ans, de même que leur signification et leur finalité.

Quelle était la signification des bijoux pour les anciens Egyptiens ?

Dans l'Égypte ancienne, les bijoux n'étaient pas un signe de statut ou de richesse. Riches ou pauvres, hommes ou femmes, jeunes ou vieux : tout le monde portait des bijoux. Cependant, les bijoux avaient aussi un autre but que la décoration. Ils étaient, par exemple, souvent utilisés pour faire du commerce. Mais ils étaient aussi très appréciés comme décorations militaires, cadeaux diplomatiques ou amulettes.

Ainsi, à l'instar des amulettes, les bijoux servaient à repousser le mal et à invoquer la protection des dieux. Pour cette raison, ils étaient inestimables dans l'au-delà. Les historiens ont longtemps cru que dans la culture pharaonique, les bijoux étaient destinés uniquement aux morts.

Des dessins, des objets et des décorations de tombes ont depuis lors réfuté cette théorie. Plus encore : l'image d'un atelier de bijoutier a permis de mieux comprendre l'importance de la joaillerie et de son métier. On a découvert, par exemple, que les artisans devaient se conformer à des règles rigoureuses pour remplir la fonction religieuse d'un bijou.

Saviez-vous que les anciens Egyptiens s'appuyaient déjà sur des techniques telles que le coulage, le brasage et le martelage du métal ? Même la technique complexe de granulation, où l'or est solidifié en petits grains afin de les fusionner sur le bijou, était déjà employée. Cette technique a été perfectionnée par les Etrusques entre 600 et 480 avant Jésus-Christ et a été adoptée par les forgerons au Moyen Âge.

Quelle influence les Grecs ont-ils eue sur nos bijoux ?

Dans la Grèce antique de 1400 av. J.-C., l'or, les diamants et autres pierres précieuses étaient utilisés pour créer des bijoux. Les bijoux n'étaient pas destinés à être portés tous les jours, mais à se faire valoir lors d'occasions publiques spéciales. Ici, contrairement à l'Égypte ancienne, les bijoux étaient utilisés comme symbole de pouvoir et de richesse.

L’origine du mot « diamant »provient également de la culture grecque ancienne. Les Grecs croyaient que les diamants étaient les larmes des dieux et ont nommé cette pierre précieuse « adamao », ce qui peut être traduit par « je dompte » ou « je subis ». Le mot « adamas » en grec ancien est souvent traduit par « invincible ». Un excellent choix de mots, car le diamant est le matériau le plus dur connu de l'homme.

Le mot « carat », utilisé pour désigner le poids de l'or et des diamants, remonte à la Grèce antique. Ils ont découvert que les graines du caroubier avaient un poids constant d'environ 0,2 milligramme. Par conséquent, la graine, appelée « keration » en grec, a été utilisée comme unité de poids.

Quelles traditions joaillières avons-nous héritées des Romains ?

Tout comme les habitants de la Grèce antique, les Romains portaient de nombreux bijoux. Il y avait cependant une différence dans la fonction des bijoux selon qu’ils étaient portés par les hommes ou par les femmes. Les femmes portaient des bijoux pour rehausser leur beauté et accessoiriser leur tenue, tandis que les hommes ne portaient que des bijoux utiles, comme des broches et des chevalières.

Les bijoux romains étaient fortement inspirés par les bijoux grecs, mais ils étaient plus lourds et plus luxueux et, par conséquent, plus chers. On peut dire sans risque de se tromper que nous devons remercier les Romains pour le bracelet en or. Ils étaient portés autour du poignet et du bras et étaient souvent décorés de serpents et de têtes de lion. Toutefois, les motifs populaires dans la Grèce antique, tels que les chiens ou les feuilles, étaient encore largement utilisés dans la bijouterie romaine.

La véritable percée du bracelet en diamant a eu lieu quelques siècles plus tard. Plus précisément vers 1820 à Paris. La pratique de la superposition de plusieurs bracelets est née à peu près à la même époque. Une tendance qui est de nouveau très populaire aujourd'hui.

Même s'il n'est pas tout à fait clair d'où vient la tradition de l'alliance, on pense que cette pratique provient de la Rome antique. Les habitants de l'Egypte ancienne utilisaient déjà les anneaux pour exprimer leur amour pour leur partenaire, mais l'échange d'anneaux lors d'une cérémonie de mariage semble être plus une pratique romaine.

Un homme romain faisait sa demande à sa future épouse en lui donnant un anneau en forme de clé en fer ou en bronze. La clé symbolisait le fait que l'homme « déverrouillerait » son cœur et ses biens matériels pour elle. Après tout, la femme romaine avait droit à la moitié de la fortune de son mari. Ce n'est que vers le IIIsiècle que ces alliances ont été fabriquées avec de l'argent ou de l'or.

Pourquoi le Moyen Âge est-il une étape importante ?

À l'approche du Moyen Âge, on peut commencer à parler de la joaillerie comme d’une « forme d'art ». Le Moyen Âge a été une période importante pour la profession d'orfèvre ou de bijoutier. L'émergence des villes dans l'Europe du XIVe siècle a coïncidé avec l'émergence des guildes et des artisans.

Les professions, comme la joaillerie, ont commencé à être réglementées. Cela signifiait qu'il y avait certaines conditions à remplir avant d’être autorisé à pratiquer ce métier. Souvent, l'une des exigences était qu'il fallait être un descendant d'une famille d'orfèvre. À l’époque, il était de coutume que les métiers se transmettent de génération en génération.

Le Moyen Âge a été une période importante pour l'or et les diamants. Les diamants ont gagné en popularité parce qu'on croyait qu'ils avaient des propriétés curatives. De plus, on a commencé à polir les diamants à cette période. Jusqu'alors, les diamants n'étaient utilisés qu'à l'état naturel et brut.

La fin du Moyen Âge a vu le début d'une nouvelle tradition : la bague de fiançailles en diamant. Quand l’Empire romain est tombé, la tradition d'échange d'alliances a paru s'éteindre. La tradition a été ravivée au XII siècle, mais il faudra encore quelques siècles avant que la première bague de fiançailles en diamant soit fabriquée en 1477.

Quand est née la tradition d'une bague de fiançailles en diamant ?

En 1477, Marie de Bourgogne fut la première à porter une bague de fiançailles en diamant autour de son doigt. La petite-fille de Philippe le Bon était, en tant que fille unique de Charles le Téméraire, l'épouse la plus convoitée d'Europe occidentale. Après tout, lorsque son père est mort inopinément, elle a hérité de l'empire bourguignon et du pouvoir politique qui l'accompagnait.

À 19 ans, elle est devenue la femme la plus puissante d'Europe, ce qui lui a valu le surnom de « Marie la riche ». Comme vous pouvez l'imaginer, il n'y avait pas de pénurie de prétendants. La guerre avec la France, cependant, a fait prendre conscience aux Flamands qu'ils avaient besoin d'une alliance forte avec un autre pays. C'est la raison pour laquelle, lorsqu'une délégation allemande visita Bruges en 1477, Marie fut promise à Maximilien d'Autriche.

Pour les deux parties, cette union présentait de nombreux avantages. Avantages qui se sont prolongés à toutes les mariées d’aujourd'hui. Maximilien a été le premier mari à offrir à sa future épouse une bague de fiançailles en diamant. Une tendance était née, car les classes sociales supérieures ne perdirent pas de temps à le copier.

Il faudra un certain nombre de siècles, encore, avant que cette coutume ne soit adoptée par les classes inférieures. Le changement s'est produit en 1870, quand des mines de diamants ont été découvertes sur le continent africain.. L'offre de diamants a augmenté, tout comme la demande et la production.

Êtes-vous à la recherche d'une bague de fiançailles en or pour écrire votre propre histoire ? Parcourez notre vaste collection ou contacter les experts de BAUNAT.

Share on:
SARA SIX