Investir diamants

L’offre en baisse et la demande croissante font des diamants un investissement intéressant.

Les diamants sont un produit très rare et exceptionnel. La route de la mine au consommateur final est particulièrement onéreuse, les mines s’épuisent et il est probable qu’il faille encore attendre des décennies avant que d’autres mines soient opérationnelles, sans compter qu’il faudra vraisemblablement s’accommoder d’une exploitation à petite échelle seulement.

  • 0.32 carat alliance florale en or blanc avec petits diamants ronds à partir de USD 970
    (hors TVA)
  • 0.50 carats bague solitaire de type auréole en or blanc avec diamants ronds à partir de USD 2.270
    (hors TVA)
  • 0.70 carats bague diamant en or blanc avec diamants sur les côtés à partir de USD 1.880
    (hors TVA)
  • 0.50 carat bague solitaire diamant en or blanc à partir de USD 970
    (hors TVA)

Simultanément, la demande émanant des marchés en expansion augmente, ce qui exerce une forte pression en continu sur le prix du produit. C’est précisément cela qui détourne l’attention des investisseurs des investissements classiques à l’heure où les marchés des actions réagissent de façon très volatile aux quatre coins du monde, où les gouvernements doivent faire face à une crise sévère et où la menace d’une récession à double creux et de la déflation plane au dessus de nos têtes à l’image de l’épée de Damoclès. Les particularités du diamant offrent une opportunité d'investissement unique.

En effet, les diamants sont de plus en plus considérés comme un précieux remplaçant de l’or et comme un investissement de valeur (sûr). Qui plus est, les analystes sont d’avis que l’intérêt que portent les investisseurs au diamant continuera de se développer, notamment grâce à la raréfaction du produit qui, comme nous l’avons dit précédemment, ne fera que s’intensifier au cours des prochaines années. Bien que l’idée d’investir dans le diamant ait déjà été mise en avant à plusieurs reprises au cours des dernières décennies, en général, investir dans les pierres précieuses ne suscite pas grand enthousiasme chez les investisseurs. La raison à cela est évidente : le produit qu'est le diamant est bien plus hétérogène que l’or ou le platine, dont les prix varient seulement dans des fourchettes moins nombreuses.

Il semble de ce fait difficile de convaincre les investisseurs traditionnels de placer leur argent dans cette pierre noble. Une poignée de facteurs importants ont cependant renversé la tendance. Tout d’abord, il y a la volatilité financière permanente sur les marchés des actions depuis septembre/octobre 2008. Ensuite, on compte dans les faits de nombreuses transactions qui révèlent que le diamant est un produit particulièrement en vogue chez les personnes aisées des pays du Moyen-Orient. Les diamants sont en effet faciles à transporter et revêtent une considérable valeur inhérente. L’intérêt renouvelé pour les diamants au titre d’outil d'investissement intéressant se traduit également dans le protocole d’accord et la convention-cadre conclus entre le Centre mondial du diamant d’Anvers (AWDC) et l’ICBC, la plus grande banque d’État chinoise et une des plus grandes institutions financières au monde. La convention prévoit la possibilité de sources de financement complémentaires pour le commerce de diamant, ainsi que l’offre de diamant au titre d’outil d’investissement pour les riches de ce monde. « À l'heure actuelle, on voit sur les marchés financiers de très nombreuses personnes qui sont à la recherche d'alternatives au dollar », explique Rapaport à Bloomberg. « Dans ces milieux, les diamants enregistrent d’excellents résultats. » Rapaport affirme que d’ici 2025 la demande dépassera l'offre mondiale de quelque 75 millions de carats, car les producteurs vont se battre pour obtenir les nouveaux dépôts intéressants de diamant brut qui se font de plus en plus rares, tandis que la demande, surtout en Asie, continuera de croître. « Les diamants vont suivre la croissance exponentielle des marchés émergents. La demande actuelle en Chine, mais aussi en Inde, est d’ores et déjà fantastique. Et la théorie selon laquelle seule la valeur de l'or pouvait augmenter fait désormais partie du passé, car l'or est effectivement beaucoup moins rare que le diamant », affirme Sterck.

Autheur: L. De Backer

Soyez inspirés