/library/photos/218790_brazilie.jpg
Est-ce que le Brésil exportera des diamants vers Anvers?

Est-ce que le Brésil exportera des diamants vers Anvers?

Récemment, l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC) a commencé une offensive de charme au Brésil pour veiller à ce que les Brésiliens exportent leur production croissante de diamants vers Anvers.

Actuellement, la production de diamants du Brésil ne compte pas pour beaucoup: environ 50.000 carats par an, ce qui représente une valeur de 2,7 millions de dollars. Ils extraient principalement le diamant des rivières. En comparaison: les plus grands producteurs exploitent chaque année 20 à 30 millions de carats. Le Brésil a également l'intention de se positionner comme un acteur majeur du marché. Selon l’AWDC il y a environ 50 potentiels mines de diamants industriels découverts.

Nouveau marché

Anvers veut accéder à ce nouveau marché. En raison des coûts élevés de la main-d'œuvre belge et des taxes, la concurrence avec d'autres grands centres commerciaux, tels que Dubaï et Mumbai, est élevée. La capitale du diamant veut faire une différence en offrant des services supplémentaires aux Brésiliens, de sorte qu'ils veuillent exporter leurs diamants vers Anvers. La moitié de la production de diamants du Brésil va maintenant aux Emirats, seulement 10 pour cent à Anvers.

Les autorités brésiliennes sont formées pour reconnaître les diamants. Une meilleure connaissance technique doit veiller à ce qu'ils exportent les diamants plus rapidement. Dans la plupart des pays, il y a environ 2 jours entre la demande et la délivrance de la licence d'exportation. Au Brésil, elle dure 90 (!) jours. En outre, la formation devrait veiller à ce que les fonctionnaires puissent délivrer les certificats dits de Kimberley. Le Processus de Kimberley est la réglementation internationale qui doit éviter que les groupes de rebelles utilisent les diamants bruts pour financer les armes et les conflits. Ceci est en faveur d'Anvers. En ce moment, la plupart des diamants brésiliens sont négociés de façon privée. Si le Brésil se joint, la capitale du diamant élimine immédiatement la concurrence illégale.

Lobbying

Nous avons besoin de beaucoup de lobbying pour convaincre les Brésiliens. Au cours d'une précédente mission de l'année dernière, il y avait déjà eu des conversations entre le secrétaire d'État du commerce extérieur (Pieter De Crem), AWDC-CEO (Ari Epstein) et les autorités brésiliennes.

L'année dernière, 193 millions de carats sont passés par Anvers (= 48,3 milliards de dollars), ce qui représente 84 pour cent de diamants bruts et 50 pour cent de tous les diamants polis. Anvers reste le leader mondial, mais perd de plus en plus de parts de marché. Par conséquent, avoir un accord avec les Brésiliens permettant de faire passer leurs diamants par Anvers est primordial.

Autheur: Thomas vanden Bogaerde

Soyez inspirés